L’abbaye Saint-Louis-du-Temple à Limon

Située dans le hameau de Limon, au sud de Vauhallan, l’abbaye Saint-Louis-du-Temple domine de sa majestueuse silhouette le plateau de Saclay, au cœur duquel elle constitue un ensemble architectural et religieux exceptionnel.
© Région Île-de-France, S. Asseline, 2013, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2013, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2013, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2013, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2013, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2013, ADAGP
Emmanuelle Philippe

L’existence d’un fief à Limon est attestée par les sources dès le XIIe siècle. Indépendant de la seigneurie de Vauhallan, il n’est réuni à cette dernière qu’en 1657. Durant cette période, un manoir, commandant un domaine agricole, est bâti, puis progressivement agrandi sur les terres de l’actuelle abbaye. De ce manoir ne subsiste plus aucun vestige, à l’exception d’un colombier. Détruit au milieu du XIXe siècle, il est remplacé par une belle demeure dotée d’un parc à l’anglaise. C’est cette propriété, déjà riche d’une histoire pluriséculaire, que les bénédictines de l’Adoration perpétuelle du Saint-Sacrement, contraintes de quitter leur monastère parisien, acquièrent en 1931 pour y faire construire une nouvelle abbaye. Les plans de l’édifice sont dressés en 1944 par l’architecte André Laudinat et la première pierre posée en 1950 par Mgr Roncalli, futur pape Jean XXIII. Les sœurs s’y établissent en 1951. 

Étiquettes

Patrimoine religieux
20e siècle