L'appartement-atelier de Le Corbusier restauré et réouvert au public

Après deux années de chantier, l'appartement-atelier de Le Corbusier (XVIe Paris) vient d'être restauré. La région a subventionné les travaux à hauteur de 232 885 euros.
© FLC-ADAGP - ANTOINE MERCUSOT© FLC-ADAGP - Albin Salaün© FLC-ADAGP - Olivier Martin-Gambier© FLC-ADAGP - Albin Salaün© FLC-ADAGP - ANTOINE MERCUSOT© FLC-ADAGP - Photographe non identifié© FLC-ADAGP - Olivier Martin-Gambier© FLC-ADAGP - ANTOINE MERCUSOT© FLC-ADAGP - ANTOINE MERCUSOT© FLC-ADAGP - ANTOINE MERCUSOT© FLC-ADAGP - ANTOINE MERCUSOT© FLC-ADAGP - ANTOINE MERCUSOT

L’appartement-atelier de Le Corbusier occupe les deux derniers étages de l’immeuble Molitor du 24, rue Nungesser et Coli, situé à la périphérie de Paris, entre le 16ème arrondissement et la commune de Boulogne. Cet immeuble a été conçu entre 1931 et 1934 par Le Corbusier et Pierre Jeanneret, son cousin. Cet appartement-atelier constitue un élément majeur de l’œuvre de Le Corbusier qui y habite avec sa femme de 1934 jusqu’à sa mort en 1965. Il se distingue par un plan ouvert, sa toiture jardin, ses couvertures voutées, ses grands pans vitrés coulissants. Il sera le lieu privilégié des recherches architecturales de Le Corbusier, mais aussi l’atelier de ses pratiques plasticiennes quotidiennes.

L’immeuble est inscrit à l’inventaire des Monuments historiques depuis 1991 et l’appartement est classé en totalité depuis 1972. En 2017, l’immeuble, hors intérieurs des appartements courants, a été classé en totalité. Il a été labellisé « Maison des Illustres » par le Ministère de la Culture et de la Communication en 2011. En 2016, dix-sept réalisations de Le Corbusier, réparties en sept pays sont distinguées au titre « l’oeuvre architecturale de Le Corbusier, une contribution exceptionnelle au Mouvement Moderne ». L’immeuble du 24, rue Nungesser-et-Coli en fait partie. Sa contribution à la valeur universelle exceptionnelle de la série est de constituer « le premier immeuble d’habitation au monde à façades entièrement vitrées ». L’appartement, réouvert à la visite, a souffert d’un certain nombre de problèmes liées à l’étanchéité mais également du remplacement ces dernières décennies de menuiseries extérieures affectant l’esthétique originelle. Les restaurations engagées par la Fondation Le Corbusier, aujourd’hui propriétaire de l’immeuble, visaient ainsi à redonner son aspect original et à sauvegarder au mieux l’appartement. Les travaux se sont déroulés en deux phases : une intervention sur les extérieurs puis une intervention sur les parties intérieures de l’appartement.

La Région a participé à hauteur de 232 885 euros à la restauration de cet appartement-atelier dans le cadre de son dispositif d’aide au patrimoine non-protégé d’intérêt régional.

Architecte en charge des restaurations : François Chatillon, architecte en chef des bâtiments historiques.

L'appartement est ouvert au public pour des visites guidées (sur réservation obligatoire), pour plus d'informations, consultez la page de la Fondation Le Corbusier.