La cité coopérative Paris-Jardin

Située à Draveil, la cité Paris-Jardin est issue de l’idéal socialiste ouvrier et abrite en son centre un château, décrit au siècle des Lumières comme le petit Versailles.

C’est au milieu du XVIIIe siècle que commence l’histoire de ce lieu au destin très spécial, le fermier général Marin de La Haye, propriétaire à Paris de l’hôtel Lambert,  transforme en « château magnifique » la « maison assez simple » acquise en 1720 auprès de François Lemaistre, conseiller au Parlement, en réutilisant sans doute une partie des anciennes maçonneries. De nombreux communs, détruits en 1779, encadraient alors la cour d’honneur et l’avant-cour fermée par une grille flanquée de deux pavillons bas.  

Le château lui-même, entouré d’un grand parc, a subi des remaniements importants à la fin du XIXe siècle. Entre les deux ailes en saillie, le rez-de-chaussée de la façade sur cour est ainsi masqué par une galerie couverte en terrasse, adjonction de la famille Laveissière, propriétaire du château en 1882. 
 
En 1911, la société coopérative Paris-Jardins, fondée par un groupe d’employés de commerce et d’ouvriers dans le but de créer une « ville-jardin » inspirée du modèle anglais, se porte acquéreur du domaine de Draveil et le divise en 320 lots selon un plan d’ensemble dressé par l’architecte Jean Walter, membre de la société française des habitations à bon marché (HBM).
 
 Pavillons doubles le long de l’allée de la Perspective © Région Île-de-France, P. Ayrault, 2008, ADAGP
 
 
Ce plan s’attache à préserver le tracé des allées et les éléments pittoresques du parc dessiné au XVIIIe siècle et remanié en jardin romantique au siècle suivant. 
 
Des statuts votés en 1913 assortissent la propriété individuelle de limites tendant à garantir l’idéal de la coopération « contre la spéculation », conformément aux valeurs de solidarité qui servent de fondement à l’entreprise. Edifiés principalement en deux tranches (1912-1914 et 1919-1933), les pavillons doivent se conformer aux normes financières des HBM selon un cahier des charges qui prévoit le recours obligatoire à un architecte agréé par la société. 
 
En 1997, une ZPPAUP (zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager) a été mise en place pour aider à la préservation des dimensions naturelle et patrimoniale de la « première cité-jardin française ».
 
Patrimoine paysager
Patrimoine architectural
20e siècle
Binary Data La cité coopérative Paris-Jardin

Château de Draveil   © Région Île-de-France, P. Ayrault, 2006, ADAGP

Binary Data La cité coopérative Paris-Jardin

Grande perspective à l’arrière du château © Région Île-de-France, P. Ayrault, 2006, ADAGP

Binary Data La cité coopérative Paris-Jardin

Carrefour de deux allées dans le parc  © Région Île-de-France, P. Ayrault, 2006, ADAGP

Binary Data La cité coopérative Paris-Jardin

Un des pavillons de la cité coopérative © Région Île-de-France, P. Ayrault, 2008, ADAGP