Le portail de Rampillon

Au milieu du petit village de Rampillon, dans la campagne briarde, surgit un magnifique portail du XIIIe siècle, chef d’œuvre de la sculpture gothique.
© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP © Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP© Région Île-de-France, S. Asseline, 2011, ADAGP
Judith Forstel

Le portail est sculpté dans une pierre très blanche, un calcaire lutécien sans doute venu de Paris, qui contraste avec la teinte grise du grès local utilisé pour construire l’église.

Il est consacré au thème du Jugement Dernier. Au tympan, le Christ-Juge trône entre deux anges qui tiennent les instruments de la Passion.

En-dessous, sur le linteau, est représentée la Résurrection des morts. Les grandes statues qui flanquent le portail sont celles des douze apôtres ; au trumeau figure sans doute le saint patron de l’église, saint Eliphe. Une ravissante frise en bas-relief court sous ces grandes statues. On y reconnaît les douze mois de l’année, symbolisés par une activité propre à chaque saison (fenaison, semailles, glandée…).

Ce remarquable ensemble a été réalisé sous le règne de Saint Louis, du temps où Rampillon était une importante commanderie de l’ordre des Hospitaliers.

Étiquettes

Patrimoine religieux
Moyen-Âge