La Z.A.C. de la Noé à Chanteloup-les-Vignes

En 1964, l’architecte Émile Aillaud est choisi pour travailler à l’implantation d’un important ensemble de logements dans une boucle de la Seine située au-delà de Poissy, à proximité du pôle d’attraction que représente la future ville nouvelle de Cergy-Pontoise.
© Région Île-de-France, L. Kruszyk, 2008, ADAGP© Région Île-de-France, L. Kruszyk, 2008, ADAGP© Région Île-de-France, L. Kruszyk, 2008, ADAGP© Région Île-de-France, L. Kruszyk, 2008, ADAGP© Région Île-de-France, L. Kruszyk, 2006, ADAGP© Région Île-de-France, L. Kruszyk, 2008, ADAGP© Région Île-de-France, L. Kruszyk, 2008, ADAGP© Région Île-de-France, L. Kruszyk, 2008, ADAGP
Emmanuelle Philippe

L’opération, prévue pour empiéter sur les communes d’Andrésy et de Triel, doit permettre de loger une partie des 25 000 ouvriers de l’usine Simca-Chrysler (devenue Peugeot) de Poissy. Pour répondre à la commande, Aillaud conçoit alors une véritable ville, comportant des équipements publics et jusqu’à 4800 logements, mêlant immeubles collectifs et zones pavillonnaires. Le chantier débute en 1971 mais se heurte rapidement à de nombreuses difficultés administratives et à la crainte - bien légitime - des habitants de voir le site dénaturé par des barres. Le programme est maintes fois modifié puis finalement ramené à 2229 logements collectifs, édifiés sur la seule commune de Chanteloup. Achevé en 1976, il n’en demeure pas moins une illustration du regard critique porté par Aillaud sur les grands ensembles et de son ambition d’apporter une solution nouvelle à la problématique du logement en grand nombre. 

Étiquettes

Patrimoine urbain
Patrimoine architectural
20e siècle