Bonus patrimoine pour les petites communes rurales

Le 21 janvier 2021, la Région a voté en commission la création d'un dispositif de soutien spécifique au patrimoine rural protégé et non protégé, qui ne bénéficie pas du label Patrimoine d’intérêt régional.

L’Île-de-France est composée de 70 % de campagne et de forêts. Si son image récente est marquée par l’urbanisation, son histoire est imprégnée de ruralité et conserve un patrimoine riche, témoignage de sa profondeur historique et de ses paysages si caractéristiques. L’exploitation des fertiles sols franciliens est en effet très ancienne. Les édifices agricoles comme les fermes fortifiées, dont certaines sont encore visibles, remontent au Moyen-Age.

De l’essor de l’agriculture céréalière au savoir-faire horticole et maraîcher en passant par les vignes, ce territoire d’excellence a laissé de nombreuses traces précieuses pour en relater l’histoire. Le développement agricole de l’Ile-de-France a donné naissance à de nombreuses réalisations architecturales de la ferme à cour carré autour de laquelle s’organisent le logis et les diverses dépendances : grange, étable, bergerie pressoir…Ces imposantes structures rurales souvent protégées au titre des Monuments Historiques ne doivent pas occulter un patrimoine plus modeste qui pourtant contribue grandement à l’identité des territoires, des communes et dessinent l’esprit des lieux.

La physionomie et la profondeur culturelle de la ruralité s’inscrivent majoritairement dans des témoignages nombreux, incontournables mais fragiles. Des petites fermes avec dépendances accolées au logis aux lavoirs, maisons d’ouvriers agricoles, puits, ponts, pressoirs, travails à boeuf, halles, murets, clôtures, porches…ce sont autant de témoignages vernaculaires qui disent mieux que tout autre le passé rural qui a forgé l’histoire et la mémoire de cette région.

Trop simple ou trop humble pour bénéficier d’une protection de l’Etat au titre des Monuments Historiques, ce patrimoine doit bénéficier d'une attention particulière. Ce sont souvent de petites communes de moins de 2000 habitants qui doivent veiller à sa préservation et à sa restauration sans réunir les moyens logistiques et financiers nécessaires.
Le dispositif de soutien spécifique au patrimoine rural protégé et non protégé qui ne bénéficie pas du nouveau label patrimoine d’intérêt régional répondra à ces objectifs.

Il concernera tous les témoignages de la ruralité francilienne, qu’ils soient civils, religieux ou agricoles, appartenant aux collectivités locales qui en ont la responsabilité. L’obtention d’un COR permettra de bénéficier parallèlement d’une aide régionale pouvant aller jusqu’à 200 000 euros pour sa conservation et sa restauration : diagnostic, travaux de consolidation, de restauration, de reconstruction.
Les travaux devront bénéficier d’une expertise patrimoniale afin de conserver l’authenticité de ces constructions en recherchant les matériaux et les techniques adaptés à chaque ouvrage. Les collectivités pourront avoir recours à des architectes du patrimoine qualifiés pour ce type de travaux dont les honoraires sont inclus dans la subvention ou en se rapprochant de l’expertise des CAUE, des PNR.

 
Photo : Egligny (Seine-et-Marne), abbaye de Preuilly : la "grange des Beauvais" © Région Île-de-France, Jean-Bernard Vialles