Observatoire photographique du paysage de la Vallée de la Seine

Le mois de mai 2020 a marqué le début du travail mené dans le cadre de l’Observatoire photographique du paysage de la Vallée de la Seine. Hélène Bouisson, architecte conseiller et François Adam, paysagiste et vidéaste, tous deux au CAUE 78, ainsi que Laurent Kruszyk, photographe à la Région Île-de-France, présentent le projet.

Qu’est-ce que le projet d’Observatoire photographique du paysage de la Vallée de la Seine (OPP.VS)?

Un Observatoire photographique des paysages est un outil de sensibilisation et d’évaluation des évolutions des territoires. Il se matérialise sous la forme d’une série de prises de vues sur un territoire donné, reconduite régulièrement dans les mêmes conditions techniques (angle, focale, ouverture, hauteur et saison). Cette reconduction permet de mettre en évidence les évolutions et dynamiques en œuvre à différentes échelles territoriales.
Il a été développé par le ministère chargé de l’Écologie en 1991, dans l’objectif de « constituer un fonds de séries photographiques qui permette d’analyser les mécanismes et les facteurs de transformations des espaces ainsi que les rôles des différents acteurs qui en sont la cause de façon à orienter favorablement l’évolution du paysage. »[1]

L’Observatoire photographique des paysages de la Vallée de la Seine francilien (OPP.VS.f) est mené à l’échelle du territoire de la Vallée de la Seine, de l’estuaire à Paris.
Le CAUE 78 a proposé à la Communauté Urbaine du Grand Paris Seine & Oise de mettre en place un observatoire photographique complémentaire (OPP.GPS&O) portant sur l’ensemble du périmètre du territoire de la Communauté urbaine. Il décline des séries photographiques complémentaires de l’OPP socle (OPP.VS.f) et répond aux attentes du projet Culturel de territoire du GPS&O et du projet Panorama(s) : Itinéraire des Paysages du GPS&O.

Les périmètres : en jaune l’OPP.VS.f, en rouge l’OPP.GPS&O

Dans un contexte de changement climatique, les tensions qui se jouent au contact des dynamiques d’un fleuve économique, habité et résilient, et donc des espaces les uns par rapport aux autres, est un des premiers phénomènes que nous souhaiterions observer, pour mieux comprendre et orienter les grands équilibres de ce territoire.

Quels sont les partenaires du projet ?

Initialement, le CAUE 76, le Conservatoire d’espaces naturels Normandie Seine et le Parc naturel régional des Boucles de la Seine Normande se sont réunis avec la volonté commune de  lancer un Observatoire Photographique des Paysages de la Vallée de la Seine. Ils ont été rejoints par le CAUE 27 et le Centre Photographique Rouen Normandie.  Les CAUE 78, CAUE 92, CAUE 95 et le Service Patrimoines et Inventaire de la Région Ile-de-France, fortement intéressés par cette initiative, ont souhaité s’inscrire dans cette dynamique. En 2019, tous ont porté le projet de création d’un observatoire francilien, en continuité de l’observatoire normand, pour créer un Observatoire Photographique des Paysages de la Vallée de la Seine.

Des observatoires supplémentaires sont développés par des partenaires, répondant à des attentes précises sur leurs territoires. La Communauté Urbaine du Grand Paris Seine & Oise (CU du GPS&O), l’Agence des Espaces Verts (AEV) et l’Atelier Parisien d’urbanisme (APUR) sont ainsi actuellement mobilisés.

L’OPP.VS.f, est soutenu et financé par le FNADT au titre du CPIER Vallée de la Seine (Contrat de Plan Interregional Etat-Régions Vallée de la Seine) et par la Communauté Urbaine Grand Paris Seine & Oise (CU. GPS&O).

Qui sont les photographes en charge de cette mission?

Deux collectes photographiques émaneront ; elles feront cohabiter les regards des photographes Ambroise Tézenas et Jérémie Léon (choisis lors de la commission d’appel d’offres du 10 mars 2020 présidée par le Préfet Philizot) et ceux des agents/experts, François Adam (paysagiste/vidéaste au CAUE 78) et Laurent Kruszyk (photographe du Service Patrimoines et Inventaire de la Région Ile-de-France).

Quelles sont ses caractéristiques esthétiques ?

Si l’OPP.VS.f s’en tient à la méthode nationale et propose un observatoire spécifiquement photographique, l’OPP. GPS&O prévoit de s’ouvrir aussi aux techniques de la vidéo et du son.

Cadre photographique
Plusieurs réalisations sont envisagées : seule, associée en diptyque ou en triptyque, convoquant différentes échelles du paysage, jusqu’à la photo rapprochée d’éléments signifiants. Elle pourra expérimenter des cadrages verticaux, moins usités en photo de paysage et permettant une mise en valeur des tous premiers plans d’une image, ou des portraits d’habitants ou acteurs du territoire dans leur cadre de vie.

Cadre vidéo
Le mouvement est une composante identitaire de ce territoire que l’on peut saisir de différentes façons : séquence paysagère par travelling (en voiture ou en train), panoramique vidéo à 180° pour saisir l’amplitude des espaces et des paysages, zoom pour saisir des profondeurs et s’approcher des éléments du motif.

Cadre sonore
Le son, qu’il soit d’ambiance ou rapproché, est au fondement de la perception. Il peut associer la vue d’un paysage idyllique à un contexte bruyant, ou poétiser de chants un milieu rude en apparence.
La parole des habitants pourra donner une orientation résolument humanisée au travail.

Quelles sont les principales étapes de ces observatoires ?

Les deux observatoires sont menés conjointement, sur les quatre saisons : arpentage à partir de mai 2020, première remise des travaux en décembre 2020, suivis d’une deuxième tranche de travaux en mai 2021.

D’autres réalisations sont-elles envisagées à partir de ces recherches ?

La publication Ré-inventaire publiée par la Région Île-de-France, conçue pour marier différentes écritures photographiques, assemblera les travaux des deux observatoires.

L’OPP.GPS&O intègrera la programmation au long cours du projet Panorama(s), co-piloté par la Communauté urbaine du GPS&O et le CAUE 78 :

  • 2020 : inventaire des connaissances ;
  • 2021 : exposition/publication ;
  • 2022 : résidence artistique ;
  • 2023 : itinéraire de grande randonnée.

[1] (In Itinéraires photographiques, méthode de l’observatoire photographique du paysage, 2008 Ministère de l’écologie, Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature, Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages)